Trois raisons de s'engager pour Sciences Po

Photo: Stéphanie Lacombe

Adhérer à l’association des anciens aux Etats-Unis : pourquoi pas mais... pour quoi faire? Après tout, nous sommes tous sollicités pour contribuer à diverses associations, spécialement aux Etats-Unis, et il nous revient de faire le meilleur arbitrage possible entre nos envies de soutien et nos possibilités financières. Voici trois raisons de franchir le pas et de concrétiser votre soutien à Sciences Po.
{jcomments on}
Leading by example
 
On l’a bien vu en début d’année tout au long du débat sur la promotion de la diversité au sein de l’enseignement supérieur sélectif. D’un côté, il y avait la Conférence des Grandes Ecoles arqueboutée sur la défense du système existant ; de l’autre Sciences Po défendant avec ardeur une démocratisation renouvelée de l’excellence en France tout en alignant son offre sur les meilleures pratiques universitaires internationales et ouvrant, du même coup, un large débat au sein de la société française sur la diversification des élites. Opposer les deux termes est un archaïsme, les combiner est une innovation, probablement parmi les plus capitales qui aient été introduites en France au cours de ces dernières années. La fonction d’une institution ayant pour mission de former les cadres n’est pas d’attendre que les choses se passent, elle est de proposer des solutions audacieuses – et de montrer l’exemple. Raison n°1 : soutenir Sciences Po, c’est s’engager en faveur d’un positionnement offensif et concret associant excellence et diversité, égalité des chances et rayonnement international.

“La fonction d’une institution ayant pour mission de former les cadres n’est pas d’attendre

que les choses se passent, elle est de proposer des solutions audacieuses – et de montrer l’exemple”

Sciences Po Alumni Inc.
 
Cela étant dit, au-delà du soutien général apporté à Sciences Po dans son entreprise de modernisation du recrutement et de développement de l’Ecole, soutenir l’association des Alumni aux Etats-Unis ne relève pas d’une pure pétition de principe. En ce sens, il s’agit moins de “soutenir” l’association que de l’utiliser. Pour quoi au juste ? Pour tout un ensemble de services qui vont du développement de réseaux à la participation aux événements et de l’accompagnement des trajectoires professionnelles à l’identification d’opportunités de carrières. Après tout, “Sciences Po Alumni Inc.” est une dénomination qui sonne moins comme un cercle désoeuvré que comme un réseau actif, qui est aussi amical. Soutenir Sciences Po, s’impliquer dans son réseau d’anciens élèves, c’est aussi, comme le rappelait récemment Jean-Emmanuel Combes lors de son passage à New York, garantir la valeur d’un diplôme moins liée à la situation passée qu’aux promotions actuelles. Raison n°2 : rejoindre l’association des anciens de Sciences Po aux Etats-Unis, c’est accéder à un ensemble de services professionnels et contribuer à accroître simultanément l’influence de l’Ecole et la reconnaissance du diplôme.

American way?

Il reste un troisième élément, non le moindre si l’on raisonne en termes plus spécifiquement américains. Une des faiblesses françaises bien connues, c’est la primauté du financement public sur les contributions privées et son corollaire, le primat d’une attitude combinant revendications et attentisme sur la capacité d’engagement et d’initiative. Or, s’il est bien une chose que les anciens de Sciences Po aux Etats-Unis peuvent apporter concrètement à notre pays, en se défiant aussi bien des critiques caricaturales que des révolutions culturelles improbables, c’est la différence que peut faire la conjonction d’une approche plus active et de communautés mieux organisées. Raison n°3 : s’impliquer dans les projets de l’Ecole et de son réseau d’anciens élèves, c’est témoigner de la capacité d’action des organisations issues de la société civile et accroître un rayonnement collectif au bénéfice de chacun des membres de ce réseau.

Un financement sans initiative ? Ce n’est pas ce que nous pouvons faire de mieux : c’est qu’il s’agit en réalité moins de “passer à la caisse” que de passer à l’action… De ce point de vue, si les engagements les plus productifs sont ceux qui associent générosité et lucidité, la philosophie et l’action, la morale et l’intérêt, contribuer au projet éducatif de Sciences Po et s’impliquer dans son réseau d’anciens, c’est sans doute une position honorable. Mais c’est aussi un bon deal. Sciences Po change ? Changeons.
 
Olivier Beaunay
 
Disclaimer: The views expressed in this article are the sole responsibility of the author and do not necessarily reflect those of Sciences Po Alumni Inc. The contents of this article are of sole responsibility of the author(s). Sciences Po Alumni Inc will not be responsible or liable for any inaccurate or incorrect statements contained in this article.

Additional information